Quand les téléphones deviennent des ordinateurs faisant fonctionner des logiciels libres à l’intérieur, capables de faire de la téléphonie gratuite sur VoIP et WiFi, la source des revenus permettant de pouvoir charger des frais pour chaque minute est menacée. Ce qui veut dire que la liberté et le pouvoir des clients sont améliorés?

Les entreprises téléphoniques, donc par le fait même les fournisseurs d’internet vendent de l’information, des « bitstreams » dont ils ne sont pas les propriétaires. Il est donc important de convaincre le marché qu’il doit payer pour du spectre électromagnétique. Les compagnies téléphoniques ont le problème de devoir vendre un service ayant des coûts marginaux.
La distraction numéro 1 se sont les appareils. Les téléphones sont tangibles et percevables venant dans de belles boites, donnant le sentiment au client d’avoir reçu un objet lors de l’achat.

 

Publicité Fido

Vous pouvez même adopter un "Fido"... Awww! Tellement cute! Publictié de Fido. Source: http://www.fido.ca/cms/v45/images/home/hero-2-en.png

Commençons par un « scénario » difficile pour les compagnies téléphoniques :
Le premier problème des compagnies téléphoniques est leur dépendance envers les producteurs de téléphones. Le deuxième problème existentiel, se sont les systèmes d’exploitation non-libres, …« fermés » pour les compagnies téléphoniques. Le OS propriétaire est protégé par la « propriété intellectuelle »(1) des auteurs qui doit être respecter, même pour notre compagnie téléphonique.

Cependant, le problème ne se limite pas seulement à cette situation. Les logiciels propriétaires sont une menace face à l’indépendance des entreprises en général, car se sont les développeurs qui contrôlent les ordinateurs et pas les propriétaires des machines. Dans un scénario extrême, les compagnies téléphoniques n’ont aucune influence sur les appareils et n’auraient rien à mettre dans les vitrines.
On pourrait se poser la question : « Quelle est votre business, Monsieur Cope? » (2)

« OpenSource » redonne la liberté aux compagnies téléphoniques afin de rendre la votre.
Un exemple réel est le T-Mobile G2. Cet appareil contient une micro-puce qui contrôle les changements appliqués par l’utilisateur en réinstallant le système d’Android de T-Mobile.
Supposons, vous voulez installer Skype(3). Personnellement, je ne le recommande pas, car il s’agit d’un logiciel propriétaire. Mais, pour l’argument, vous le faites pour avoir de la téléphonie gratuite, T-Mobile va vous empêcher de faire cela et vous forcer d’acheter leur « service », leur spectre électromagnétique, leur « quoi »?(4)
Rappelons-nous de la question. Est-ce qu’ils ont un business? Ou, est-ce que ces compagnies sont des collecteurs de taxes.

iPhone, DRM

De la technologie qui vous contrôle. Source: GregoryH(Flickr) http://farm2.static.flickr.com/1349/663101341_f014ce895a.jpg

Les licences permissives permettent de changer le code source selon les goûts des fournisseurs et de redistribuer le dérivé sous une licence propriétaire ou de contrôler l’utilisateur avec une micro puce. Un logiciel open-source deviendra une prison pour le propriétaire de l’appareil, si le hardware n’est pas libre, en terme de flexibilité. Le système à l’intérieur obéit seulement à d’autres maîtres. Si la licence n’est pas de nature copyleft, le jeu s’appelle : « Premier arrivé, dernier servi! »

Le prochain argument concerne le développement et l’implication de la communauté. Joe Hewitt critique Google pour ne pas avoir donné assez du contrôle sur le développement à la communauté en fournissant des versions majeures seulement. Sur son site web personnel, il aborde le problème en détails. Android n’aurait pas les parts de marché d’aujourd’hui sans ses partenaires, les compagnies téléphoniques.(5) Peut-être mélange t-il les définitions de « Free Software » et de « OpenSource »

Voici l’extrait twitter :

Compare the Android “open source” model to Firefox or Linux if you want to see how disingenuous that “open” claim is.
Until Android is read/write open, it’s no different than iOS to me. Open source means sharing control with the community, not show and tell.
I think it is the lack of visibility into daily progress that bothers me about Android more than the lack of write access.
Refusing to share your vision and progress until the big event… how very open.
@mclazarus true open source projects have a process for earning checkin privileges.
Point I am trying to make is, Rubin bickering with Jobs is a farce, because both refuse to share the one thing that matters: control.
@risaacs99 I am saying they are doing the bare minimum, but boasting as if they are on the level of Linux or Firefox, or even Chrome OS.
@risaacs99 like Rubin bragging about how downloading a months old code dump is the definition of open. »(6)

Il reste une question : Comment est-ce qu’ils peuvent faire de l’argent en fournissant Android « ouvertement » et gratuitement. Bon, tout à un prix! La business de Google est basée sur la publicité ciblée grâce à l’espionnage des utilisateurs et le Data mining.

Abovethecrowd.com nous donne l’idée de modèle de business : « Moins que gratuit! »

« I then asked my friend, “so why would they ever use the Google (non open source) license version.”  (EDIT: One of the commenters below pointed out that all Android is open source, and the Google apps pack, including the GPS, is licensed on top.  Doesn’t change the argument, but wanted the correct data included here.)  Here was the big punch line – because Google will give you ad splits on search if you use that version!  That’s right; Google will pay you to use their mobile OS. I like to call this the “less than free” business model. This is a remarkable card to play. Because of its dominance in search, Google has ad rates that blow away the competition. To compete at an equally “less than free” price point, Symbian or windows mobile would need to subsidize. Double ouch!! »(7)

Le marché ne sait pas l’importance de la liberté et il ne doit jamais s’éveiller.
Le fondement sablé des modèles de business de compagnies téléphoniques et de Google est l’ignorance des utilisateurs. Cet exemple démontre que Richard Stallman et Eben Moglen avaient et ont encore raison. C’est la liberté qui compte pour tout le monde(8).

« The perpetuation of ignorance is the beginning of slavery! »(9)

(1) Stallman, Richard, 2010 : Did You Say “Intellectual Property”? It’s a Seductive Mirage,
http://www.gnu.org/philosophy/not-ipr.html

(2) BCE, 2010: GEORGE COPE, http://www.bce.ca/fr/aboutbce/executiveteams/bellcanada/cope/

(3) Skype, 2010 : Skype now available for Android phones, http://blogs.skype.com/en/2010/10/android.html

(4) Meredith, Dan et al. 2010 : "T-Mobile G2 with Google" Phone Contains Unexpected ‘Feature’ to Overwrite Users’ Software, http://oti.newamerica.net/blogposts/2010/newest_google_android_cell_phone_contains_unexpected_feature_a_malicious_root_kit-380

(5) Hewitt, Joe, 2010 : Android and Open Source, http://joehewitt.com/

(6) Kincaid, Jason : Developer Joe Hewitt Tears Into Android’s Definition Of “Open”,
http://techcrunch.com/2010/10/19/developer-joe-hewitt-tears-into-androids-definition-of-open/

(7) Abovethecrowd.com, 2009 : Google Redefines Disruption: The “Less Than Free” Business Model
http://abovethecrowd.com/2009/10/29/google-redefines-disruption-the-%E2%80%9Cless-than-free%E2%80%9D-business-model/

(8) Stallman, Richard, 2010 : Why Open Source misses the point of Free Software,
http://www.gnu.org/philosophy/open-source-misses-the-point.html

(9) Moglen, Eben, 2004: "Die Gedanken Sind Frei": Free Software and the Struggle for Free Thought
Wizards of OS 3, Opening Keynote, http://emoglen.law.columbia.edu/publications/berlin-keynote.html